Retour à la liste

Maintenance préventive

1 Nettoyer à fond les équipements

Avant toute chose, il est important de bien nettoyer tous les équipements de l'usine et de faire leur entretien de fond en comble. En passant la machinerie au peigne fin, on peut déceler des problèmes qu'on ne voyait pas sous la saleté.

2Mettre en valeur les équipements

À l'occasion de ce grand ménage, il est conseillé d'installer des éléments visuels (affiches, dessins, pictogrammes) qui font ressortir les principales caractéristiques des équipements. Par exemple, on peut mettre en valeur les indicateurs de température ou de pression ainsi que les précautions à prendre en utilisant certains appareils. L'idée est de s'assurer que les employés comprennent visuellement les points critiques de la machine pour pouvoir la faire fonctionner de façon optimale et pour bien s'occuper de sa maintenance.

2Évaluer la criticité des équipements

Toutes les machines devraient normalement avoir un plan de maintenance minimal à réaliser à intervalles fixes. Chaque machine n'a cependant pas la même importance critique, ou criticité, sur le plan de la maintenance. Pour estimer ce niveau d'importance, il est pratique d'utiliser la méthode PEMSEQ (pour Production, Équipement, Maintenance, Sécurité, Environnement et Qualité) basée sur la grille de criticité présentée ci-dessous.

Pour chaque équipement, on attribue une note de 0 à 3 à chaque critère mentionné dans la grille de criticité, 0 étant le plus critique et 3 le moins critique. Ensuite, en additionnant les résultats obtenus pour chacun des critères, on obtient une note globale correspondant à la criticité de l'équipement. Plus cette note est basse, plus l'équipement est critique. En classant les équipements selon leur niveau de criticité, on peut identifier un premier groupe d'équipements auquel on appliquera la maintenance préventive.

4Définir un plan de maintenance

Une fois identifiés les équipements les plus critiques, on définit le plan de maintenance préventive. En consultant la documentation technique et l'historique de la machine, on peut déterminer quels éléments seraient les plus susceptibles d'être à l'origine d'une panne ou d'une anomalie. À l'aide de ces données, on détermine le programme de maintenance et la fréquence des entretiens préventifs. Certains logiciels permettent de gérer les tâches de maintenance de parcs d'équipements complexes. Mais un formulaire de suivi et un calendrier visuel de planification peuvent souvent faire l'affaire.

Afin de réaliser un plan de maintenance préventive, il faut disposer de ressources humaines adéquatement formées pour effectuer les tests et identifier les problèmes potentiels. Il est recommandé d'inclure des employés dans cette démarche, en plus des spécialistes. Ainsi, les employés comprendront mieux leur machine et s'assureront de la faire fonctionner dans les meilleures conditions. Au minimum, chaque opérateur devrait être formé aux techniques de diagnostic menant à la détection et à l'élimination d'anomalies mineures.

5Gérer les pièces de rechange

La gestion des pièces de rechange fait aussi partie de la maintenance préventive. Il faut d'abord s'assurer d'entreposer les pièces dans un lieu adéquat. Il faut également établir le bon niveau de stock à conserver, d'après le taux d'utilisation des pièces de rechange et les délais d'approvisionnement auprès des fournisseurs. On doit toujours prendre garde de ne pas surcharger l'entrepôt de pièces de maintenance, car cela prend de l'espace précieux.

6Améliorer le niveau de maintenance

Tout système de maintenance passe principalement par l'utilisateur de l'équipement, qui est le mieux placé pour détecter les défaillances. Mais l'amélioration de l'entretien passe aussi par le fabricant. La collaboration entre l'utilisateur et le fabricant favorise la recherche d'améliorations possibles pour les équipements existants et d'idées de conception pour les équipements futurs.

L'utilisation d'indicateurs de performance, tels le TRG, permet de suivre la performance du programme de maintenance préventive tout en identifiant les opportunités d'amélioration. On peut également améliorer la maintenance en implantant des normes pour des processus tels que le nettoyage, le diagnostic, la lubrification, l'approvisionnement, la gestion des stocks de pièces de rechange, la collecte des données, etc. L'établissement de règles spécifiques assure une maintenance davantage orientée vers l'amélioration continue.


   

Collaboration spéciale : Jean-Roch Lacroix, Jean-Philippe Raiche

Retour en haut
mai 2014
  • L
  • M
  • M
  • J
  • V
  • S
  • D
  • 01
  • 02
  • 03
  • 04
  • 05
  • 06
  • 07
  • 08
  • 09
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  • 31
FORMATION 
COMPLET 
24 janvier
Félicitations à la nouvelle cohorte des certifiés Ceinture noire Lean Six sigma du Mouvement québécois de la qualité!

Le 15 janvier dernier, les nouveaux certifiés Ceinture noire Lean Six sigma ont été conviés...

10 janvier
Devenez évaluateur pour les Grands Prix québécois de la qualité

Joignez une équipe dynamique! 

Le ministère du Développement économique, de l’Innovation et de...

05 décembre
Appel de candidatures : Grands Prix québécois de la qualité 2014

Saisissez votre dernière chance de poser la candidature de votre organisation aux Grands Prix québécois de la...