Retour aux ressources
Fiche outil | Monique Foisy

Analyse comparée par paires

Comparer des options deux par deux

Vous avez devant vous un petit nombre d’options (idées, critères de sélection, solutions à étudier, etc.) et vous aimeriez les comparer? L’analyse comparée par paires, aussi nommée « matrice de comparaison pairée », va vous aider. Cet outil a ceci de particulier qu’il sert à comparer les options deux à la fois (d’où son nom) et à décider de l’importance relative de chacune par rapport aux autres. Cette matrice ne requiert aucun critère de sélection formel. En fait, ce sont les options elles-mêmes qui sont la base de la prise de décision selon leur importance relative. Préfère-t-on celle-ci ou celle-là? L’équipe vote successivement sur chaque paire qui lui est présentée. La matrice permet ainsi d’orienter le choix d’une solution ou d’un problème à résoudre sans avoir de critères de sélection. Mais on pourrait très bien l’utiliser pour sélectionner justement ces critères de sélection qui permettront, par la suite, de choisir la meilleure solution.

Résultats

  • Classement d’options, qu’il s’agisse d’idées, de solutions, de critères de sélection ou autres, les unes par rapport aux autres.
  • Capacité de faire ressortir une priorité importante lorsque le choix n’est pas évident.
  • Ordre d’importance relative de chaque option par rapport aux autres.

Conditions de succès

  • Si l’outil est utilisé en groupe, déléguer le compte des votes à une personne dans la salle.
  • S’assurer que les participants comprennent bien quelles sont les options comparées avant de faire leur choix.
  • S’assurer de comparer des comparables

Méthode

1. Rassembler les options et les ramener à 10 ou moins

Premièrement, assurez-vous de comparer des comparables. Les éléments à comparer doivent être formulés de la même façon et comporter le même niveau de détail ou de précision. Autrement dit, les options doivent être mutuellement exclusives. Par exemple, on évitera de mélanger des options génériques (« faire un voyage » ou pire encore, « voir le monde ») avec des options spécifiques (« aller à Venise en juin »). La raison en est que le fait d’aller à Venise est inclus dans l’option de faire un voyage, ce qui entraîne de la confusion au moment du vote. Pour la même raison, évitez de mélanger des options de type « comment » avec des options de type     « quoi ». Par exemple, « renouveler mon passeport » (une option « comment ») ne peut pas être une option à comparer avec « faire un voyage » (une option « quoi »). Si vous avez affaire à un grand nombre d’options, demandez aux membres de l’équipe de vous aider à les ramener à 10 ou moins. Pour ce faire, utilisez d’autres outils d’analyse (convergence) tels que le surlignement et  le graphique importance – chances de succès (GICS).

2. Inscrire les options sur le gabarit

Inscrivez chacune des options sur une ligne séparée, dans la partie gauche du gabarit. Chaque ligne est identifiée de A à J. Les lettres B, C, D, etc. au-dessus des colonnes renvoient aux options correspondantes énumérées à gauche. Il n’y a pas de lettre A, car celle-ci est la première à être comparée.

3. Présenter le déroulement du vote

Expliquez aux participants que leur rôle consiste à voter pour chacune des options, en y allant paire par paire (voir l’étape 4). Souvent, on demande uniquement aux participants de choisir entre une option ou une autre (« préférez-vous A ou B? »). Il s’agit là d’un vote non pondéré. Vous pouvez aussi pondérer le vote en fonction du nombre de voix obtenues pour chacun des deux éléments à comparer. Pour cela, vous allez évaluer le nombre de voix selon trois possibilités. À chacune de ces possibilités correspond une valeur, selon l’échelle suivante :

  • 1 = l’option retenue l’emporte par une voix de majorité;
  • 2 = l’option retenue l’emporte par au moins deux voix de majorité;
  • 3 = l’option retenue remporte l’unanimité des voix.

Le chiffre choisi sera alors inscrit en exposant à côté de la lettre correspondant à l’option sous vote. C’est cette méthode qui est présentée dans les illustrations de cette fiche. Si vous optez pour ce vote pondéré, expliquez aux participants que cela prendra plus de temps puisqu’il vous faut compter le nombre exact de votes. De plus, le fait d’ajouter un exposant vient simplement mettre plus d’écart dans les totaux finaux.

4. Évaluer chacune des options par rapport à chacune des autres

Évaluez les options entre elles.

Commencez par la première option. Évaluez-la par rapport à toutes les autres et procédez de la même façon pour chacune des autres.

Concrètement, posez les questions suivantes :

  • « Préférez-vous A ou B? Qui vote pour A? Pour B? » Si vous utilisez un exposant (vote pondéré), indiquez-le selon le décompte obtenu.
  • « Préférez-vous A ou C? »
  • « Préférez-vous A ou D? »
  • « Préférez-vous A ou I? »
  • « Préférez-vous A ou J? »
  • « Préférez-vous B ou C? »
  • « Préférez-vous B ou D? »
  • « Préférez-vous B ou J? »
  • « Préférez-vous C ou D? »

Inscrivez sur la feuille le résultat du vote, au fur et à mesure. Par exemple, si, l’option A a été préférée à l’option B, écrivez « A » dans la case intitulée B (voir l’exemple). Faites de même pour chacun des autres votes. Si vous utilisez la technique des exposants (vote pondéré), ajoutez le chiffre retenu à droite de la lettre retenue. Par exemple, si l’option A l’emporte par une voix de majorité par rapport à l’option B, vous noterez « A1 »

5. Calculer la somme des résultats

Vote pondéré

Pour chacune des lettres, additionnez les chiffres apparaissant en exposant dans l’ensemble des rangées et inscrivez le résultat à côté de la lettre en question dans la colonne « somme des résultats ».

Vote non pondéré

Comptez le nombre de fois où chaque lettre apparaît dans l’ensemble des rangées et inscrivez le résultat à côté de la lettre en question dans la colonne « somme des résultats »

Exemple

Références

  • DUCLOS, Manon et MATTE, Sylvain, GIN702 : Créativité et résolution de problèmes en génie, Faculté de génie, maîtrise en gestion de l’ingénierie, Université de Sherbrooke, 2006.
  • ISAKSEN, S., DORVAL, B. et TREFFINGER, D. Résoudre les problèmes par la créativité : la méthode CPS, Éditions d’organisation, Paris, 2003, ISBN 2-7081-2894-9.
  • Paired Comparison Analysis [en ligne]. MindTools. Consulté le 2017-03-28.

Ressources similaires