Retour aux ressources
Fiche outil

Phases de divergence et de convergence

Contenu réservé aux membres

Obtenir des idées éclairantes et des solutions inédites

Tout le monde sait maintenant que nous avons un cerveau droit et un cerveau gauche. Le premier relève de l’intuition, de l’imagination, de l’émotion et de la création, tandis que le second appartient à l’analyse, à la logique, à la structure, à l’organisation, à la rigueur.

Afin d’accroître la créativité de votre équipe – et donc d’obtenir des idées éclairantes et des solutions inédites –, il est important que tout travail ou atelier de créativité fasse appel à une utilisation équilibrée de ces deux modes de pensée.

La présente fiche outil vise à donner d’abord un aperçu des notions théoriques qui se cachent derrière notre utilisation de la créativité. Dans un deuxième temps, nous allons présenter un exemple d’application : la séance de génération d’idées.

Pour désigner l’activité de notre cerveau droit, nous allons employer l’expression « pensée divergente ». Pourquoi ce mot? Parce que l’esprit créatif cherche à s’éloigner de ce qui est convenu, à s’aventurer en terrain inconnu, à chercher du nouveau, de l’inédit, du jamais essayé. En ce sens, il diverge de ce qui est établi et reconnu.

Quant à notre esprit rationnel, il pratique au contraire une « pensée convergente ». Il tend à se conformer à ce qui est logique, établi, normalisé, accepté, reconnu. En d’autres mots, les pensées du cerveau gauche convergent vers le connu.

Ces bases étant posées, examinons plus en détail comment l’être humain passe d’un mode de pensée à l’autre, autrement dit le fonctionnement des phases de divergence et de convergence.

Des règles propres à chaque mode de pensée

Sans que nous nous en rendions vraiment compte, nous passons nos journées entre la pensée convergente et la pensée divergente. Le secret pour créer des idées nouvelles et profitables? Être justement conscient de nos deux façons de penser, afin d’éviter de tomber dans le piège consistant à diverger et à converger en même temps.

En effet, chacune des deux phases de divergence et de convergence a ses propres règles. Leur application en connaissance de cause permettra de diminuer les freins suivants associés à la créativité :

  • facteurs perceptuels : voir un problème en en filtrant les facettes qui ne font pas notre affaire, ou faire preuve de parti pris : autocensure, conformisme ou jugement expéditif;
  • facteurs culturels : habitudes de pensée inculquées par l’éducation reçue, peur d’affronter les tabous;
  • facteurs environnementaux : être envahi par d’autres préoccupations ou avoir l’esprit ailleurs;
  • facteurs intellectuels (de compétences) : information insuffisante, réticence à travailler avec des personnes aux profils variés;
  • facteurs émotionnels : autocensure, conformisme ou jugement trop rapide.

Maintenant que nous en avons terminé avec la théorie, voyons dans la section suivante comment ces idées peuvent être appliquées avec profit lors d’une séance de génération d’idées. Nous allons voir en effet qu’il est impératif de diviser cette activité en deux phases de divergence et de convergence.

Résultats

  • Réduction des freins lors de séances de génération d’idées.
  • Des idées nouvelles, originales et différentes.
  • Créativité et innovation accrues.
  • Satisfaction des membres de l’équipe par rapport au respect des idées.

Conditions de succès

  • Dissocier clairement les deux phases et leur attribuer la même portion de temps.
  • Présenter les règles aux membres de l’équipe, même s’ils les connaissent… pour éviter que le naturel ne revienne au galop, et s’assurer qu’ils en comprennent l’essence et l’intention!
  • Faciliter la séance en favorisant un climat propice à la créativité.

Méthode

Chacune des étapes de la démarche créative se divise en deux temps.

  1. La pensée divergente, appelée parfois « pensée créatrice », où nous nous laissons aller à produire beaucoup d’options et à les explorer toutes, en évitant de juger ou de critiquer. Certains y voient l’esprit de l’écrivain, du non-conformiste, de l’inventif à l’imagination libre et débordante.
  2. La pensée convergente, parfois appelée « pensée critique », où nous nous attardons à juger de façon constructive les options générées et à prendre des décisions. Ceux qui associent la pensée divergente à l’esprit de l’écrivain parleront ici de l’esprit de l’éditeur.

Voici, pour chacune des deux formes de pensée, les règles à suivre invariablement pour générer des options.

1. Règles de divergence

  • Différer le jugement. Pas de critique ni d’autocensure.
  • Miser sur la quantité. De la diversité jaillira la qualité.
  • Rechercher sciemment les idées farfelues
    « Il est plus facile de dompter une idée folle que d’insuffler de la vie à une idée sans âme » – Alex Osborn.
  • Combiner les idées produites. Faire « du pouce » sur les idées des autres.

2. Règles de convergence

  • Faire preuve d’un esprit positif. Commencer par accueillir les idées avec bienveillance et en souligner le potentiel avant d’en venir aux craintes et aux doutes.
  • Faire preuve d’un esprit réfléchi. Éviter les décisions hâtives. Analyser et raffiner.
  • Garder l’œil sur l’objectif. Se méfier des idées pétillantes qui ne vont pas dans la direction établie initialement.
  • Améliorer les idées. Plusieurs demandent à être raffinées, d’autres se complètent.
  • Considérer la nouveauté. Ne pas rejeter d’emblée les idées plus farfelues.

Pour maximiser le résultat des deux phases, il est important d’utiliser plusieurs outils dans chacune d’elles. Chaque personne à ses préférences cérébrales et le facilitateur doit en tenir compte pour optimiser le potentiel créatif de chacun. Par exemple, il est bénéfique de réchauffer l’atmosphère avec une méthode traditionnelle de génération d’idées, qui agira à titre de purge (pour faire sortir les idées les plus évidentes). Par la suite, tenter des outils différents ou nouveaux qui viendront favoriser la génération d’idées originales. Varier les stimuli avec des méthodes en silence, debout ou en discussion.

Références

  • COUGER, J. Daniel, Creative Problem Solving and Opportunity Finding, Danvers, Boyd & Fraser Pub. Co., 1995, ISBN 0-87709-752-6.
  • MILLER, B., VEHAR, J. et FIRESTEIN, R., Créativité sans limites (traduction par S. Matte, de Creativity Unbound), Foursight Group LLC, Chicago, 2003.
  • DUCLOS , Manon, « La créativité, une question de climat et de savoir-faire », bulletin Info Veille de l’Institut de développement de produits, volume 6, no 4, mai 2008.

Cette ressource est réservée
aux membres seulement

Pour lire la suite, choisissez l’une des deux options suivantes :

Ressources similaires