Fiche outil | 12 mai 2021

Shark Tank

Contenu réservé aux membres

Découvrir des solutions en se mettant dans la peau de nos compétiteurs

Tous connaissent Dans l’œil du dragon. Diffusée à Radio-Canada depuis 2012, cette émission de télé-réalité met en scène des concurrents qui proposent à un jury d’investisseurs potentiels appelés « dragons » un produit original à lancer ou une nouvelle entreprise à démarrer.

D’origine japonaise, le concept de l’émission a été adopté par près d’une quarantaine de pays. Aux États-Unis, les dragons sont devenus des requins et l’émission s’est appelée Shark Tank, d’où le nom de l’outil.

Dans cette variante du jeu télévisé, des candidats reçoivent des informations confidentielles sur leur organisation (typiquement un FFOM). Munis de ces renseignements, ils font semblant d’être des compétiteurs de leur propre organisation, dont ils peuvent exploiter les faiblesses.

C’est en utilisant les renseignements contenus dans le FFOM que les candidats préparent des idées visant à faire mal à l’organisation. Il s’agit ensuite de présenter les propositions à un jury de requins, comme dans l’émission. Pour les convaincre, ils disposent de quelques minutes. Les propositions ayant reçu le meilleur accueil des requins seront converties en plan d’action. Dans le déroulement du jeu, les requins prennent un malin plaisir à débusquer des lacunes dans les concepts présentés ou à suggérer des modifications. Cette attitude à la fois critique et ludique recèle tout ce qu’il faut pour inspirer un jeu d’où surgiront toutes sortes de solutions créatives.

C’est ce qu’a compris une entreprise comme Disney, où les ingénieurs (qui portent le titre d’imagineers) ont recours au Shark Tank pour trouver des solutions originales aux faiblesses de leur entreprise. Considéré à la base comme un outil de divergence, le Shark Tank amènera des solutions créatives à une problématique donnée.

Résultats

  • Concepts révolutionnaires et innovateurs permettant de contrer des faiblesses sous un angle nouveau.
  • Équipes de travail mobilisées, car placées dans un contexte d’urgence et de compétition.
  • Plateforme permettant aux employés et aux gestionnaires de se communiquer leurs idées.

Conditions de succès

  • Avoir une culture organisationnelle ouverte à ce type d’exercice.
  • Présenter l’activité de façon ludique et attirante (aspect compétitif).
  • Structurer adéquatement l’intrant de l’exercice (FFOM).
  • Se familiariser avec l’une des incarnations de l’émission.
  • S’assurer qu’il y a une convergence « sérieuse » à la fin de l’exercice (analyse critique).

Méthode

1. Clarifier la situation à améliorer

Dans l’esprit de l’approche utilisée par Disney, l’intrant idéal à l’exercice est un FFOM (forces, faiblesses, opportunités et menaces – SWOT en anglais). Le FFOM peut porter sur un processus en particulier ou même sur l’entreprise dans son ensemble : l’ampleur des propositions ira dans ce sens.

Si un tel document n’est pas disponible, il faut le créer comme toute première étape, en concentrant notre attention sur les faiblesses. En effet, elles sont un point de départ riche puisqu’elles permettent à n’importe qui de se mettre dans la peau d’un compétiteur souhaitant les exploiter pour neutraliser notre organisation.

2. Composer le jury de requins et les équipes de candidats

Le jury de requins est idéalement composé de trois membres. Il peut s’agir du client ayant le problème à régler et qui a demandé que soit tenu un Shark Tank, de membres de la haute direction, du propriétaire du processus à l’étude, etc. Tant mieux si ces gens ont une personnalité flamboyante : le parallèle avec l’émission sera d’autant plus frappant!

Pour rendre le tout moins formel et plus ludique, on peut déguiser les membres du jury en leur faisant porter chapeau, lunettes, cravate, perruque, fausse moustache, etc. (cela rend l’exercice moins menaçant). Finalement, vous devrez leur fournir des affiches indiquant les chiffres 1 à 10, à la manière des juges de compétitions sportives d’il y a plusieurs années, afin qu’ils puissent attribuer un pointage à chaque proposition.

Une différence notable par rapport à l’émission est qu’il est encouragé de créer des équipes de candidats. Cela ajoute un aspect de collaboration à l’exercice. Cela dit, essayez de limiter les membres de ces équipes à quatre ou cinq personnes pour favoriser au maximum les échanges.

3. Préparer les propositions

Armées du FFOM qui a été conçu ou qui leur a été présenté à l’étape 1, les équipes de candidats font semblant qu’ils sont des compétiteurs de votre organisation. Ils viennent de mettre la main sur un document inespéré! Comment peuvent-ils en exploiter les faiblesses afin de faire mal à l’organisation et la sortir du marché? Non seulement doivent-ils trouver de bonnes idées, mais ils doivent penser au fait qu’ils les présenteront à des requins qui vont privilégier les propositions les plus agressives, celles qui ont le potentiel maximal de mettre votre organisation hors d’état de nuire!

Cette étape peut se faire aussi bien en mode accéléré (ex. on donne vingt minutes aux équipes pour bâtir leur proposition une fois qu’elles ont pris connaissance du FFOM) ou en différé (ex. on donne une semaine aux équipes pour bâtir leur proposition et revenir la présenter aux requins à une plage horaire convenue).

4. Présenter les propositions aux requins

Que l’exercice se déroule dans une formule blitz (rencontre de 60-90 minutes) ou sur une période plus longue, les équipes devront en venir à présenter leur proposition aux requins. Tous les parallèles avec l’émission sont les bienvenus ici : un suspense peut être créé, une démonstration physique quelconque peut être faite, etc. Encouragez les gens à être créatifs pour impressionner les requins!

Pour garder l’objectif bien en tête, chaque proposition doit commencer par la phrase « chers requins, nous sommes ici aujourd’hui pour vous convaincre d’une méthode infaillible qui va faire très mal à <nom de votre organisation> ». Limitez le temps d’antenne de chaque équipe : cela les forcera à aller à l’essentiel.

Une fois terminée la présentation de la proposition, les requins peuvent y aller de leurs commentaires, suggestions d’amélioration, etc. Cela fait, chacun des requins vote en affichant le score correspondant à leur degré d’enthousiasme pour la proposition présentée.

Les meilleures idées se qualifieront pour la dernière étape. Le nombre de propositions retenues pour le choix final pourra dépendre de facteurs tels que le nombre de présentations.

5. Analyser et retravailler les propositions gagnantes

Toute l’idée derrière l’exercice est de donner suite à certaines propositions avant que nos réels compétiteurs y pensent! À la cinquième étape, tout le monde sort donc de son rôle et analyse froidement ce qu’il y a sur la table. Il doit en ressortir un plan d’action concret qui permettra d’améliorer le processus à l’étude ou même l’organisation dans son ensemble. Même si le sérieux revient au sein du groupe, le souvenir des éclats de rire causés par la formule demeure et dédramatise la suite des choses.

Exemple

Le FFOM de l’entreprise P&F fabriquant des portes et fenêtres contient les faiblesses suivantes :

  • main-d’œuvre vieillissante;
  • difficulté à répondre aux besoins de plus en plus sur mesure des clients;
  • aucune expertise technologique pour amorcer une transformation numérique.

Une équipe propose d’installer juste en face de P&F un magasin de matériaux de construction et de rénovation (rappelons-nous qu’il faut se mettre dans la peau de compétiteurs de P&F). Ce magasin vient voler des employés de P&F en leur offrant des emplois à temps partiel alléchants s’ils sont admissibles à la retraite, car la main-d’œuvre du troisième âge est précieuse.

Une autre équipe propose d’embaucher des architectes innovateurs et contemporains chargés de convaincre les promoteurs immobiliers de doter tous leurs futurs bâtiments de portes et fenêtres spéciales que P&F ne pourra pas fournir.

Enfin, une troisième équipe propose d’exploiter les lacunes technologiques de P&F en leur vendant à fort prix un progiciel ERP qui ne répondra que partiellement à leurs besoins.

Derrière la démarche pompeuse et humoristique des présentations se cachent de réelles pistes de solution pour P&F. L’entreprise veut possiblement permettre à ses employés admissibles à la retraite de bénéficier d’un programme de réduction graduelle des heures de travail. Elle voudra aussi être à l’affût des dernières tendances dans le domaine de la construction pour pouvoir répondre à la demande future. Elle devra enfin se méfier de vouloir se lancer trop rapidement dans sa transformation numérique, au risque de la bâcler et d’y engloutir des sommes astronomiques qui ne donneront pas de retour sur l’investissement.

Références

  • AQUILANTI, Jay, The Shark Tank: A Disney Imagineer’s Approach to Disruptive Thinking, Conférence Mindcamp Canada, Toronto, 2011.
  • DUCLOS, Manon, Quatre méthodes collaboratives, formation offerte par le Mouvement québécois de la qualité.
  • Site web de l’émission Shark Tank. ABC. Consulté le 2019-01-30.

Cette ressource est réservée
aux membres seulement

Pour lire la suite, choisissez l’une des deux options suivantes :

Ressources similaires